Vingt-quatre

« Le Fils de Dieu a été crucifié : je n’en rougis pas, parce que c’est à rougir. Le Fils de Dieu est mort : c’est d’emblée croyable, puisque c’est inepte ; enseveli, il a ressuscité : c’est certain, parce que c’est impossible. »
Tertullien

J’ai dans mes fonds de tiroirs quelques phrases comme celle-là que j’ai mis de côté parce qu’elles m’ont interpellé. Je les garde au chaud au cas où elles viennent à me servir. Mon ordinateur, c’est un peu ma boîte à outils. Une boîte à outil assez bordélique, rien n’est rangé, du coup quand je veux retrouver quelque chose je passe beaucoup de temps à fouiner et parfois j’en oublie ce que je suis venu cherché parce qu’en cherchant j’ai trouvé un autre objet qui m’a donné envi de bricoler autre chose. C’est l’intérêt d’avoir créé mon blog, je vais où le vent me mène. C’est très agréable de laissé divaguer sa pensée. Je m’étonne un peu d’avoir déterré cette citation de ce père de l’église qui a vécu entre 150 et 220 après JC. Je l’avais une première fois cité dans l’article 5. Il avait déjà fait fort en déclarant que l’entière certitude, la vérité, se manifestait dans une impossibilité. Là il fait encore plus fort, c’est à se demander si il n’a pas le goût du scandale. Dans l’article 21, j’ai fait référence à Sade qui déclarait qu’il était très doux de scandaliser, je l’ai approuvé dans mon commentaire. Je dirais même qu’il est très doux d’être scandalisé. La phrase de Tertulien me scandalise, elle me semble absurde mais je ne la rejette pas. Je ne rejette que ce qui ne me scandalise pas. Finalement, à bien la regarder, il dit la même chose que dans celle de l’article 5, à la différence qu’il donne un exemple, celui de la résurrection de Jésus Christ. « C’est certain parce que c’est impossible », quel culot ! « . Dans l’article précédent, j’allais écrire chapitre, Nicolas De Cues a voulu illustrer à travers l’impossibilité qu’il y a pour un polygone d’épouser la forme d’un cercle que la vérité était impossible à atteindre. Je me demande si le fait qu’il en soit ainsi fait que la vérité, comme le prétends Tertulien, se manifeste sous la forme d’une impossibilité. Une impossibilité nous plonge dans l’ignorance. L’ignorance nous plonge dans la quête de la vérité. L’ignorance nous fait désirer. Il est très doux de désirer. Je disais au début de cet article avec Sade qu’il était très doux de scandaliser et je rajoutais qu’il était très doux aussi d’être scandalisé. Je disais que j’allais vers ce qui me scandalise, cette citation de Tertullien par exemple, alors que ce qui ne me scandalise pas me laisse indiffèrent. Je fais dans mon raisonnement de « je » une généralité, c’est à dire que nous sommes tous attirés par le scandale comme nous le sommes par la vérité. Il se trouve que  » scandale  » vient du latin scandalum, on le retrouve dans l’expression «petra scandali» qui se traduit par « pierre d’achoppement ». Le scandale est une impossibilité. Nous désirons la vérité comme nous désirons le scandale, j’en conclu que la vérité est scandaleuse, qu’elle est une impossibilité.

Je dis toujours la vérité, pas toute, parce que toute la dire, on n’y arrive pas, les mots y manquent. C’est même par cet impossibilité que la vérité tient au réel. – (Jacques Lacan).

Il ne me reste plus qu’à en appeler à une sentence de poète « pour assurer force et crédibilité » à ma pensée (Nietsche, Le gai savoir, article ou chapitre 12, je ne sais plus si ce sont des articles que j’écris ou bien des chapitres). Ça sera plutôt une sentence de poétesse pour l’occasion qui s’appelle Marie-Noël, elle est peu connue, mais elle est de la trempe d’un Tertulien, d’un marquis de Sade ou d’un Jacques Lacan, écoutez plutôt ;

« viendra le jour où vous chercherez l’ignorance comme une eau pour la soif ».

Publicités

2 réflexions sur “Vingt-quatre

  1. Tes articles sont super chouettes Vincent; j’apprends plein de choses sur des auteurs que je ne connais que très peu, aussi merci beaucoup.
    Le scandale, c’est exactement ce que tu en dis et j’ajouterai que c’est parfois ces quelques évidences qui se tiennent juste devant nos yeux mais que personne ne veut voir. Nos petits et grands aménagements et ré-aménagements du réel pour ménager nos certitudes confortables sont aussi nos plus grands scandales.
    Passe une bonne soirée 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s