121. L’enfer

Berlinde De Bruyckere · Aanéén-Genaaid, 2002

 Garder le silence

Garder la souffrance

Publicités

7 réflexions sur “121. L’enfer

  1. No Dr No.
    Un extrait de la bio de l’artiste pour répondre à la question:
    « Enfin, elle aime travailler autour du motif de la couverture. Ou plutôt les couvertures, celles qui viennent cacher le visage. Elle n’aime pas, ou ne veut pas, représenter le visage qui souvent se dissimule derrière des artifices (couvertures, crinières) ou disparait tout à fait (décapitation). C’est aussi une façon de pouvoir s’éloigner de la représentation d’un individu en particulier et d’atteindre chacun de nous. Cette couverture, c’est le symbole de la protection ou du secours mais également celui du bâillon ou du voile mortuaire. Elle peut réchauffer, mais aussi isoler voire étouffer. Elle a une histoire, elle est chargée d’odeur. »
    Sur ce site:
    http://www.boumbang.com/berlinde-de-bruyckere/

    🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s