124. La divine poésie

Je ne dors pas assez. J’aime me lever la nuit quand tout le monde dors. J’aime la solitude. Je n’aime pas être seul. Personne n’aime ça. Je vais allé travailler dans deux heures. J’ai deux heures devant moi pour trouver quelque chose qui me plaise. Quelque chose que je construirais avec des mots. J’ai découvert la divine comédie de Dante, hier. Je pensais que ce genre de texte m’était inaccessible, vieux complexe d’imbécilité. En fait, ça l’a fait. J’ai pas tout lu, c’est assez long, mais ça m’a plus. À un moment, dans le final, lorsqu’il est à deux encablures du paradis, Dante dit;

Je crois bien que je vis la forme universelle
de ce noeud, car en disant cela
je sens en moi s’élargir la jouissance.

Je l’ai rapproché de ce poème de Guillevic;

Terre qui nous a faits
Ces errants que tu portes,
Incertains du local,
Incertains du parcours,
Pour savoir qui nous sommes,
Nous essayons le chant.
(Sphère)

Il y a chez l’un et l’autre de la jouissance à dire. L’un et l’autre semblent toucher tout à la fois à l’être (« la forme universelle de ce nœud » pour Dante et « qui nous sommes » pour Guillevic) et à la jouissance en composant des chants, des poèmes. Ils laissent libre court à leur imagination, d’aucuns diraient à la part inconsciente d’eux-mêmes. Ils se laissent écrire. Ils se donnent l’autorisation d’écrire, ils laissent l’écriture venir à eux. Ils laissent parler cette voix intérieure, « cette lumière souveraine » qui réclame à corps et à cris de sortir pour éclairer l’obscurité, la leur et la nôtre.

O lumière souveraine qui tant d’élèves
au-dessus des pensées mortelles, reprête un peu
à mon esprit de ce que tu semblais,
et rends ma langue si puissante
qu’une étincelle de la gloire
puisse arriver aux gens futurs;
si elle revient un peu à ma mémoire
et résonne à peine dans mes vers,
on concevra mieux ta victoire.

Les poètes s’évertuent à faire entendre cette voix et moi, « gens futur » de Dante, je ne l’entends jamais si bien que la nuit, quand les autres dorment.

10 réflexions sur “124. La divine poésie

  1. Bravo, Vincent !!!! « ça  » progresse, évidemment, ….
    Tes scrupules m’agacent parfois, mais, comme moi, tu vas de la démarche assurée du paysan, un pas après l’autre !!
    Pour en savoir « plus « , (Tu sais, à la manière de nos vignettes cliniques de la faculté 😉 ) :
    [PDF]Le paradis perdu – Ebooks libres et gratuitswww.ebooksgratuits.org/ebooksfrance/milton_paradis_perdu.pdf

    Mais surtout,
    [PDF]L’ésotérisme de Dante Par René Guénon … – Le Monde

    noelpecout.blog.lemonde.fr/files/2010/07/guenon.1278243698.pdf

    Je t’embrasse,

    Ciao, e una bella serata,

    J.P

    Aimé par 1 personne

  2. « Comme le Non-Être, ou le non-manifesté, comprend ou enveloppe l’Être, ou le principe de la manifestation, le silence comporte en lui-même le principe de la parole ; en d’autres termes, de même que l’Unité (l’Être) n’est que le Zéro métaphysique (le Non-Être) affirmé, la parole n’est que le silence exprimé ; mais, inversement, le Zéro métaphysique, tout en étant l’Unité non-affirmée, est aussi quelque chose de plus (et même infiniment plus), et de même le silence, qui en est un aspect au sens que nous venons de préciser, n’est pas seulement la parole non-exprimée, car il faut y laisser subsister en outre ce qui est inexprimable, c’est-à-dire non susceptible de manifestation… Les États multiples de l’être, p. 29) »
    « […] les aptitudes ou possibilités incluses dans la nature individuelle ne sont tout d’abord, en elles-mêmes, qu’une matiera prima, c’est-à-dire une pure potentialité, où il n’est rien de développé ou de différencié ; c’est alors l’état chaotique et ténébreux, que le symbolisme initiatique fait précisément correspondre au monde profane, et dans lequel se trouve l’être qui n’est pas encore parvenu à la seconde naissance. Pour que ce chaos puisse commencer à prendre forme et à s’organiser, il faut qu’une vibration initiale lui soit communiquée par les puissances spirituelles, que la Genèse hébraïque désigne comme les Elohim ; cette vibration, c’est le Fiat Lux qui illumine le chaos, et qui est le point de départ nécessaire de tous les développements ultérieurs ; et, au point de vue initiatique, cette illumination est précisément constituée par la transmission de l’influence spirituelle […] (Aperçus sur l’initiation, pp. 33–34) »

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Dr No pour ce passionnant extrait. En lisant le billet de Vincent, j’ai pensé précisément à cela, au silence qui peut être le choix de se taire (parfois l’impossibilité de parler). J’avais en tête un roman divertissant d’Enrique Vila-Matas, intitulé Bartleby et compagnie, voici un extrait de la présentation:
       » un commis aux écritures […] démarre une sorte de journal, à la recherche de ces innombrables écrivains négatifs qui emplissent de leur assourdissant silence l’histoire de l’écriture. Livres inachevés ou inachevables, succès posthumes, auteurs d’un seul livre, maniaques du pseudonyme, incapables majeurs, désespérés a priori, militants de l’ineffable ou nègres consentants… Tous ces petits-cousins de Bartleby »…
      Ah ,la puissante fascination du « I would prefer not to »!
      Pourtant oui, « Au commencement était le Verbe »! Encore heureux que Dieu n’ait pas fait le choix du silence 🙂

      J'aime

  3. Elle est si juste cette distinction entre le goût de la solitude et le goût d’être seul.
    Si justes aussi ces expressions: « Ils se laissent écrire » et « ils laissent l’écriture venir à eux ». Ce glissement de « Je cherche l’écriture » à « l’écriture me trouve ».

    Aimé par 2 personnes

  4. C’est un plaisir de vous introduire dans les arcanes du compagnonnage 😉
    Charpentier de Marine Je suis et reste, désolé pour les fonctionnaires de Dieu, qui, effectivement, feraient parfois mieux de se taire !!

    Bises à Marie et Vincent 😉

    Bonne soirée, J./P/

    J'aime

  5. 🙂 l’Initié. Je suis bien ignare!
    En matière de quête spirituelle, je me sens rétive au « prêt-à-porter », plutôt du genre à me bidouiller du sur-mesure (pas accommodant pour autant).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s