160. Dieu du rire

« Rire de Dieu, de ce dont des multitudes ont tremblé, demande la simplicité, la naïve malignité de l’enfant. Rien ne subsiste de lourd, de malade.»

Georges Bataille

Que c’est bon de rire! Peu importe que ce soit sur le compte de Dieu ou sur mon compte, de toute façon, c’est du pareil au même Dieu et moi, Dieu est moi, sans rire. On va encore m’accuser d’avoir un ego surdimenssioné comme cette collègue qui me dit hier, parce que je suggérerais à une autre collègue qui cherche un prénom pour son enfant de lui donner le mien,

– J’aimerais bien voir l’ego surdimensionné qui t’habite.

Je lui ai répondu dans un éclat de rire,

– Eh bien, tu n’es pas prête de la voir ma bite surdimensionnée.

Je sais, je suis un véritable enfant parfois, un Dieu du rire.

Publicités

Une réflexion sur “160. Dieu du rire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s