173. Héros

Dans le questionnaire de Proust, une des questions est;

– Quels sont mes héros dans la vie réelle ?

Je l’ai rempli ce matin et à cette question m’est venue comme première réponse, les dessinateurs de Charlie Hebdo et juste derrière, j’ai pensé aux enfants handicapés mentaux et moteurs dont je m’occupe dans le cadre de mon activité professionnelle. Un souvenir très récent s’est manifesté. C’était hier après-midi, j’apprends à un groupe de cinq adolescents à se déplacer à vélo. A un moment de la séance, alors qu’ils faisaient le tour d’une aire de jeu sur leur bicyclette, l’un d’entre eux tombe, je l’entends alors crier, j’accours vers lui. Finalement, plus de peur que de mal, il était paniqué mais n’était pas blessé. Il a eu tellement peur qu’il en a fait dans son froc, je m’en suis rendu compte à notre retour. Je l’ai aidé à se relever, empêtré qu’il était avec le cadre du vélo entre les jambes. Je l’ai incité à remonter sans attendre sur le vélo, ce qu’il a fait avec une certaine appréhension. Pour l’aider à se relancer, je l’ai poussé dans le dos et je l’ai encouragé de la voix, « Allez Alexandre, et c’est reparti mon kiki! » Il était ravi. Je l’ai vu à l’expression de son visage et à un petit cri aiguë qu’il a émis. J’ai trouvé ça plaisant. Du coup, à chaque fois qu’un jeune passait devant moi, je faisais pareil, je lui prodiguais une poussette dans le dos en l’encourageant. Au début, ils étaient un peu craintifs, leur équilibre sur le vélo est encore précaire et ils redoutaient que ma poussette ne les déstabilise. Voyant qu’il n’en était rien et que le gain de vitesse et d’encouragements étaient grisants, je les ai vu aborder la partie du parcours où je m’étais positionné, avec la banane sur le visage. Du coup, mes encouragements redoublaient ainsi que la force de mes poussées. Je n’ai pas vu le temps passer, il faisait un froid sec mais le soleil était là, les couleurs étaient vives. Je n’aurais donné ma place pour rien au monde, j’étais heureux, fier de leur fierté, au milieu de ces jeunes pour qui tenir en équilibre sur un vélo à deux roues relève de l’héroïsme.

Publicités

2 réflexions sur “173. Héros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s