200. « Homme-livre »

« L’art est la preuve
que la vie ne suffit pas. »
Cesare Pavese

Écrire, pour en finir
Avec l’envie d’en finir

Publicités

Une réflexion sur “200. « Homme-livre »

  1. Tu es comme une terre
    que jamais personne n’a nommée.
    Tu n’attends rien
    si ce n’est la parole
    qui jaillira du fond
    comme un fruit dans les branches.
    Un vent vient jusqu’à toi.
    Arides et fanées, des choses
    t’encombrent et vont au gré du vent.
    Membres et mots anciens.
    Tu trembles dans l’été.

    29 octobre 1945
    Cesare Pavese

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s