245. L’homme et l’amer

image

« Homme libre, toujours tu chériras la mer! »*
De quoi l’homme a t’il besoin de se libérer
Quand bien même son pays est de liberté ?
Prisonnier de lui-même, sa vie est amère

Il faut bien l’avouer, parfois il sort de terre
S’élève très très haut au-dessus des nuées
Et… rejoint le mitard, éphémère échappée
Toujours il doit lutter pour s’envoyer en l’air

De la réalité, il veut être affranchi
Elle veut le posséder, le mener à la tombe
Il la bannit, s’en plaint, la trouve détestable

Mais sans le manque en lui, qui à mettre au tapis?
Ils sont comme chien et chat, la lumière et l’ombre
« O lutteurs éternels, ô frères implacables! »**

* Premier vers du poème de Charles Baudelaire, L’homme et la mer.
** Dernier vers du même poème.

«Couple de lutteurs corps à corps», une sculpture d’Ousmane Sow.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s