252. La paix

image En spéléologie, on s’enfonce sous terre avec plus ou moins d’aisance. Les passages sont souvent étroits, ils peuvent l’être tellement que l’on craint de ne pas passer, mais au prix de maints efforts, en ayant la frayeur de rester coincer, on finit par avancer et par déboucher sur un passage plus large, voir une salle, tellement grande parfois que l’éclairage dont on dispose ne permet pas d’en voir les limites, alors on crie en mettant ses mains en porte-voix mais tout comme la lumière, les cris se perdent dans l’immensité de la salle, ses contours ne renvoient aucun écho. On s’est enfoncé dans la terre et pourtant on a l’impression d’avoir l’univers sous nos yeux, un ciel nocturne, sans étoiles et le silence aidant on croirait s’élever, une sorte de paix intérieure nous habite. C’est un peu comme ça que je perçois les choses quand j’écris, je m’enfonce péniblement en moi mais il arrive que furtivement, et c’est pour ça que je le fais, j’ai l’impression de m’élever, d’atteindre le septième ciel. La question que je me pose, au point où j’en suis de mon avancée, est la suivante; Au fond du fond de soi, trouve t-on ce que l’on est venu y chercher, la paix?

Publicités

5 réflexions sur “252. La paix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s