293. La mort de l’enfant

image
Edward MUNCH, L’enfant malade

Sur son lit d’hôpital, il s’apprête à partir
Sa maman épuisée tient sa main dans la sienne
Souffle au creux de l’oreille une berceuse ancienne
« Le temps et le vent nous veille, tu peux dormir »

« Un grand navire appareille, tu peux dormir. »
Des yeux maternels tombe une pluie diluvienne
Elle était gaie avant que le cancer ne vienne
Plus que jamais avenir rime avec souffrir

Elle ne croit plus en l’existence de Dieu
Ou alors il ne peut être qu’un être odieux
« Voyez ce qu’il a fait de sa toute puissance! »

Elle ressent comme une béance dans le ventre
Et une envie continuelle de se pendre
C’est à l’amour que l’on doit à la vie un sens

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s