333. Soigner notre blessure

image
Bouguereau, Un tendre baiser

A l’orée du bois un chevreuil court, apeuré
Un chien de chasse déchaîné est à ses trousses
Ses aboiements se répandent dans la cambrousse
Ils sont désormais une meute à le courser

Un chasseur aux aguets vise le cervidés
Une balle ensanglante sa belle frimousse
L’animal vacille et se couche sur la mousse
Les naseaux écumants, les deux yeux révulsés*

Ses pattes s’agitent de manière anarchique
Comme s’il recevait une charge électrique
La douleur est si vive qu’on l’entends gémir

Les êtres humains sont semblables à cet animal
La tendresse peut les soulager de leur mal
Mais  créer leur permet aussi de l’adoucir

* Extrait de « L’explication des métaphores » de Raymond Queneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s