348. L’inconnu qu’on porte en soi*

image

Guillevic, un poète que j’aime beaucoup
Prétend que l’inconnu est notre domicile.
On peut se demander « Mais de quoi parle-t-il? »,
Le besoin de certitude semble être en nous.

Aussi rechercher l’ignorance paraît fou.
Écrire c’est perdre de sa pensée le fil
Et cela est loin d’être une chose facile ;
Les contraintes nous aident à sortir de nos clous.

Ecrire en rime rend par exemple possible
Qu’advienne des pensées jusqu’alors invisibles,
Impression d’une parole qui vient d’un autre.

Magie de la fusion entre lui et nous-même,
Précisément ce que l’on ressent quand on aime,
Un coeur battant au même rythme que le nôtre.

* Marguerite Duras, « C’est l’inconnu qu’on porte en soi écrire, c’est ça qui est atteint »
* René Magritte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s