La joie est sanglots

Bruno Amadio_the crying boy
Bruno Amadio, The crying boy

Un dimanche à midi, en sortant de la messe,
Pendant que des parents discutent entre croyants,
Des larmes montent aux yeux d’un de leurs cinq enfants,
Pourtant il ne ressent pas la moindre tristesse,

Au contraire, son cœur est rempli d’allégresse.
Mais lui ignore tout du trouble qui le prend,
Et l’essuie dans ses mains, vite et discrètement
De peur que le voyant quelqu’un à lui s’adresse :

« Mais que t’arrive-t-il ? Quel est donc ton chagrin ?
Il aurait l’air malin puisqu’il n’en a aucun,
Et s’en seraient moqués, s’ils l’avaient vu, ses frères.

Plus tard ce souvenir lui revint en écho
D’un texte comparant la joie à des sanglots,
Il comprit qu’il avait rencontré le mystère.

Bruno Armadio, The crying boy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s