358. L’adoration des bergers

xir911

Au dernier étage d’un immeuble bourgeois,
Une de ces journée glaciale de décembre
Pendant laquelle le froid engourdit les membres
Un homme se réchauffe auprès d’un feu de bois

Au coeur de la fournaise les flammes rougeoient
Elles prennent en s’en éloignant une couleur ambre
De celle d’un tableau accroché dans sa chambre
La tendresse et le recueillement s’y côtoient

La scène est vieille d’un peu plus de deux milles ans
Dans une étable un poupon dort paisiblement
Sous le regard de cinq personnes et d’une bête

Subjuguées par la présence du nouveau-né
Qu’ils croient être le sauveur de l’humanité
Il porte le nom de Jésus de Nazareth

Georges de la Tour, L’adoration des bergers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s