Panser

images-27
Rodin, Le penseur

« De ce qui me libère je suis prisonnier »
Voila une proposition paradoxale,
Donc propice à une activité cérébrale,
Puisqu’il m’est nécessaire de la dénouer.

Je suis aliéné à cette nécessité,
A tel point qu’elle m’apparait comme vitale.
Penser m’affranchit d’une position mentale
Dans laquelle je ne me sens pas exister.

Je suis contraint de réfléchir pour être libre,
Sans question, l’envie me prend de prendre un calibre,
L’angoisse faisant que je ne suis que douleur.

Si un Dieu existe, dans sa grande clémence,
Qu’il m’offre d’éprouver toujours l’ignorance,
Puisque c’est la vérité qui fait mon malheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s