L’arpège lointain

 

separation
Edvard Munch, La séparation.

Au loin, l’arpège s’amenuise
et va se taire
derrière la fenêtre sans pitié
que la nuit referme
au bord du vide glacé de mon âme
que tu jettes à la rue.

Delphine Popovic, L’ouverture du Miroir et autres poèmes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s