La machine à laver

image_51
Le linge gît au fond du tambour, temps de l’immobilité et du silence.

La paix est rompue par l’entrée d’un filet d’eau innondant lentement la cuve. Un discret sifflement l’accompagne. Les vêtements baignent dans le liquide chaud, juste bercés par son flux.

Soudain le bruyant moteur du lave-linge se met en marche. Le cylindre tourne sur son axe entraînant dans son mouvement les tissus. Dès lors, hormis pendant quelques rares périodes de repos, la matière à laver est entrainée dans un tourbillon qui n’a de cesse de la malmener.

La violence de l’appareil atteint son apogée dans l’ultime phase du travail. Le bruit devient infernal, la machine vibre de toute part avant qu’enfin, lessivé, son contenu retrouve sa quiétude originelle.
A la manière de Francis Ponge, Le parti pris des choses.

Spéciale dédicace à Thamara, la reine du canelé.

Publicités

2 réflexions sur “La machine à laver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s