Je me souviens…

Julien Dupré
Julien Dupré

Voici un extrait d’un échange sympathique que j’ai eu avec Luciole dans les commentaires d’un poème sur Héraldie, vous le retrouverez ICI dans son intégralité.

Chaque fois que j’utilise le lave-linge je me souviens qu’il fallait chauffer l’eau en faisant du feu sous la bassine, cuire le linge, le brasser et le sortir, le poids énorme des draps mouillés avant l’essorage.
J’ai vu faire ma mère quand j’étais enfant.

Je suis née d’un second mariage « sur le tard »
Les premiers équipements électroménagers étaient onéreux, ouf le poids des tapis nettoyés avec le tape-tapis! 1ère TV à 16 ans, en noir-blanc, premiers épisodes des « envahisseurs » avec ton homonyme 🙂 Vincent. (si ma mémoire est bonne)…
Je me souviens aussi du beurre mangé par les oiseaux parce que laissé « au frais » sur la fenêtre.

Je me souviens du lait que j’allais chercher à l’étable, avec le bidon à lait. L’attente, que le paysan ait fini la traite, manuelle bien entendu, son tabouret attaché à ses fesses. Et le lait que nous buvions, encore chaud du corps de la vache.

Je me souviens du bidon à charbon, que ma mère utilisait pour aller chercher le charbon à la cave. Je l’accompagnais, elle était terrorisée par les souris et les rats.

Je me souviens que peu avant sa mort, mon père disait que les hommes n’iraient jamais sur la lune.

Je me souviens du fils du fermier qui coupait la tête de la volaille avec une hache, puis laissant l’animal courir sans tête, éclaboussant les murs, jusqu’à ce qu’il tombe.

Je me souviens des petits chats qu’il enlevait à la mère en lui cachant les yeux, et qu’il assommait en les tournoyant avant de les écraser contre le sol. Et qui disparaissaient ensuite dans la fosse à purin.

Je me souviens que j’apprenais à lire en prononçant coussin pour le mot cousin, ne comprenant pas pourquoi S se prononçait Z.

Je me souviens des bandes molletières que ma mère me mettait l’hiver pour protéger du froid. Moi assise sur la table, les jambes pendant dans le vide.

Luciole

Je me souviens d’un jour d’enfance alors que j’étais seul dans ma chambre assis sur le rebord de la fenêtre, le front collé contre la vitre, une dame est passée dans la rue en tenant son enfant par la main.
Je me souviens du 10 Mai 1981, depuis la terrasse de ma maison je regardais le cortège des manifestants qui fêtaient la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, derrière moi mon père a dit « Ah les cons, Ils ne savent pas ce qui les attend ! »

Je me souviens qu’enfant, une nuit j’ai rêvé que je tuais mes parents et mes frères et que je les mettais dans le coffre d’une voiture, c’était une berline.

Je me souviens du soir de la finale de la coupe d’Europe entre le Bayern de Munich et Saint Etienne en 1976, quelques heures avant le match mon frère et moi avions tendu une banderole derrière la télévision, « Allez les verts ».

Je me souviens aussi qu’à l’approche de la rencontre je sentais battre mon coeur très fort, j’avais l’impression que ma poitrine allait exploser.

Je me souviens qu’en regardant un reportage télévisé sur le Paris-Roubaix, un samedi après-midi, j’ai entendu pour la première fois « Le plat pays » de Jacques Brel, d’abord j’en eu les frissons et puis j’ai essuyé une larme, discrètement.

Vincent

N’hésitez surtout pas à joindre en commentaire vos propres « Je me souviens… », j’aime beaucoup ça, c’est comme si vous me faisiez un cadeau.

Publicités

3 réflexions sur “Je me souviens…

  1. J’ai vécu pas mal de choses écrites par Luciole, la tété est arrivée plus tard chez nous… 🙂
    Te colle ici une « copie » d’un mot fait à un ami sur le même thème : le souvenir. Comme je fais pas mal de fautes, l’ai d’abord tapé en document. Le voici légèrement amélioré 😀

    Je me souviens (on s’en fout :D)…
    … de cette première paire de chaussures marron laquées que tu m’avait acheté sans que je les essaie, et puisque un peu petites je les portais davantage à la main que aux pieds, jusque au jour où les ai balancés dans un fossé et récupérés trois semaines plus tard, en parfait état, remplis quand-même de bestioles ; j’avais à peine trois ans.
    … de ma première robe pour Pâques, verte amande aux gros poids blancs… celle-ci aussi trop petite, mais je l’aimais tellement que parfois elle dormait avec moi, sur mon oreiller… 🙂
    … des réveils en hiver par un froid de canard lorsque tu « m’obligeait » rester encore un peu au chaud sous la couette, le temps que tu rallumes le fourneau, afin de réchauffer nos habits avant d’aller à l’école et dégeler le seau d’eau qui était dans la même pièce que nous pour se laver le tronche.
    … de ce rituel certains soirs d’hiver assises toi et moi sur le banc du métier à tisser devant la cheminée allumée et lorsque tu me demandais gentiment de t’arracher tes quelques cheveux blancs… Entre nous, ce n’était pas de la coquetterie, je le savais déjà petite… tu cherchait plutôt un peu de tendresse, et moi si heureuse de te faire plaisir que j’arrachais même des noirs… jusqu’à ce que tu t’endors… 🙂
    Rassure-toi grand-mère, des cheveux blancs j’en ai plus que tu avait à soixante ans, sauf qu’aujourd’hui la chimie fait des miracles en couleurs… Dieu merci ! 🙂
    … de toi aussi grand-père je me souviens… Mon premier souvenir est celui que toi même m’avait raconté. Ce jour où nous étions dans le jardin et que je t’ai « offert » la seule branche fleurie de ton petit pommier lequel tu venait tout juste de planter à l’automne… Tu ne m’as pas disputée, bien au contraire, tu étais ému, voire pris dans tes bras… D’après toi, et moi je t’ai cru… pareil, j’avais deux ans. 🙂

    C’est tellement bon de se souvenir… je crois qu’on comble un certain manque par les souvenirs…

    Aimé par 3 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s