Le serpent avec le coq

« Travaille en liberté », ce vers m’est resté en tête depuis sa lecture dans ce poème de Cochonfusius. Plus facile à dire qu’à faire mais c’est un très bon principe qu’a également suivi Clovis Trouille pour mon plus grand bonheur, son « palais d’été », à l’instar de celui de Cochonfusius, est des plus agréables.

« Il est vrai que je n’ai jamais travaillé en vue d’obtenir un grand prix à une biennale de Venise quelconque, mais bien plutôt pour mériter dix ans de prison et c’est ce qui me paraît le plus intéressant »

Clovis Trouille

 

 

Pays de poésie

Coq-serpent.png

Image d’Héraldie

Auprès d’un coq célèbre,
Je remarque un serpent
Qui chante à voix funèbre
(C’est fort préoccupant).

— Dis-moi ce qui t’attriste,
Aimable serpent d’or.
— Pour être un grand artiste,
Point ne suis assez fort.

— Apprends donc ma manière,
Travaille en liberté,
Construisant, pierre à pierre,
Un grand palais d’été.

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s