La disparition

Le-présent-des-Gaules.jpg
Clovis Trouille, Le présent des gaules, détail.

Dans la forêt de Brocéliande, au bord de l’eau,
Parmi les cerfs et les loups, ses amis fidèles,
Merlin l’enchanteur jette un sort à une belle
À l’aide d’un peu de gui et de quelques mots.

La voilà avec quasiment rien sur la peau,
Sinon des bijoux et un ruban de dentelle,
Prolongement de sa coiffe traditionnelle,
Qui descend jusqu’à la cambrure de son dos.

Le druide entrouvre alors sa cape et sort sa verge,
Tout en menaçant du doigt la gracieuse vierge
Afin de la forcer à une fellation.

Prenant dans sa main gauche la plante magique,
Et dans la droite le membre du vieux sadique,
La fée provoque aussitôt sa disparition.

Le-présent-des-Gaules-2.

Légende du tableau : « Au grand cérémonial druidique de la cueillette du gui, la femme adultère est pardonnée d’autant mieux qu’elle n’est pas la sienne. Elle va le récompenser avec la divine communion ancestrale. Présent des gaules du culte celtique. La morale est sauve lorsqu’en une passion exquise une belle pénitente savoure, l’orgasme sacré de son bon confesseur, dans la soutane.. »

Publicités

9 réflexions sur “La disparition

  1. Merlin n’a t-il pas été enfermé dans le cercle magique par Viviane?
    Avec ce même ruban de dentelle?
    « la divine communion ancestrale » tu peux préciser?
    Culte celtique qui ressemble un peu à un droit de cuissage, sans préliminaires.

    J'aime

    1. J’ai un peu brodé… 😉

      « Pour la communion ancestrale », c’est de Clovis, la phrase se trouve au bas du tableau, je crois que je vais le mettre. J’imagine qu’à l’image de ce qui se passe dans le rite catholique, Clovis a pensé que les druides communiaient en ingérant symboliquement le corps de leur divinité, dans le cas présent, il n’est pas sous une forme solide ( ostie ) mais liquide.

      Oui, tout à fait, mais Merlin est tombé sur la mauvaise personne ! Bien fait pour lui. J’ai lu que la légende dit que c’était un coureur de jeunes femmes.

      J'aime

  2. Tu as mis le tableau en entier, j’aime bien les femmes qui vont vers le cerf. Manifestement c’est l’époque du rut. Il y a des phallus sur la tête des femmes et au fond de l’image à droite.
    C’est étrange, on dirait que c’est l’homme demande à la femme de le pénétrer avec sa coiffe!
    On dirait qu’il n’a pas de sexe, ou en tout cas Clovis ne le montre pas.

    J'aime

    1. Oui, c’est très sexualisé comme la plupart de ses tableaux. Je n’avais par remarqué le lien entre les baigneuses et le cerf, maintenant que tu me le dis… C’est sûr que l’animal, outre d’être « fétiche » pour les druides a un caractère très viril. Il dégage une impression de puissance et ses cornes évoquent aussi des phallus, tout comme les coiffes, des bigoudens pour être précis. Quand à son désir d’être pénétré par le bigourdin d’une bigoudéne, je ne vois pas ce qui peu te faire penser à cela, il ne l’aurait dans ce cas pas représenté de face, ou aurait fait comprendre cette intention par une gestuelle particulière, hors il me semble, et cela est confirmé par la légende du tableau, qu’il a peint de différentes couleurs à même son oeuvre et que j’ai recopié en scientifique scrupuleux, qu’il attend d’elle une fellation (une sorte de remake du déjeuner sur l’herbe de Manet, enfin vu la position du soleil, il s’agirait d’avantage d’un dîner !), peut-être le doigt levé indique qu’il souhaite qu’il la regarde dans les yeux en même temps mais je pense que la clef est encore une fois dans la légende, il indique ainsi le caractère divin de l’action, les dieux étant supposés loger dans les cieux. Si son sexe n’est pas représenté, mais suggéré, c’est que ça intrigue d’autant plus sans doute, ou qu’il jugeait que ça enlaidirait le tableau, va savoir… Ce qui est sûr, c’est qu’il deviendrait pornographique. Je n’ai pas souvenir qu’il ai jamais représenté un sexe féminin ou masculin d’ailleurs, il les dissimulait derrière des chauves-souris, par contre il représente dans un tableau un sexe féminin mais c’est équivoque puisqu’il s’agit d’une jument avec un buste de femme montée par un cavalier, c’est très beau d’ailleurs, les formes et les couleurs, encore une fois (mais quel coloriste !) on en ferait un sonnet…

      Voilà, je pense avoir été complet, merci de tes commentaires.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s