Mirabelle veut partir

Quand le TGV du matin longea le champ
Mirabelle le regarda passer envieuse
Imaginant une destination rieuse,
Un endroit où les fermiers ne sont pas méchants.

La veille alors que resplendissait le couchant,
Le sien lui demanda de façon impérieuse
De se rendre immédiatement à la trayeuse
Sans quoi il la ramènerait en l’attachant.

Elle ne bougea pas pour autant se sa place,
Refusant d’être une de ces vaches bonasses
Qui disent Amen à tout ses désidératas.

Pas assez fort pour mettre en oeuvre sa promesse,
Il voulu lui donner un coup de pied aux fesses,
Glissant sur une de ses bouses, il la rata.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s