Pour l’amour des dieux

600px-Rottenhammer,_Minerva_and_the_Muses
Minerva and the Muses, by Hans Rottenhammer, painted 1603

Peu m’importe la manière d’y parvenir,
Je n’ai de cesse que d’étouffer ma souffrance,
La poésie est pour moi une délivrance,
Je la cherche dès que je sent le mal venir.

De mon premier coup de coeur j’ai le souvenir ;
Un texte d’Hugo appris pendant mon enfance,
Il y évoque sa très prochaine partance,
Vers la tombe de sa fille qu’il va fleurir.

Bien souvent il me faut la composer moi-même,
Pour éprouver la douce impression que l’on m’aime,
L’amour étant le sentiment qui vient avec.

Il ne faut pas croire que nul ne m’affectionne,
Je ne cherche pas l’attention d’une personne,
Les neufs muses sont des déesses pour les grecs.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s