Ave Maria

courme
Alfred Courmes, L’Annonciation ( 1898-1993 )

En allant rencontrer Joseph, son fiancé,
Un pneu du coupé Mercedes de Marie, crève.
A cette heure personne n’empreinte la drève
Du coup nul ne peut l’aider à le remplacer.

Un garagiste consent à se déplacer,
Malheureusement l’attente est loin d’être brève ;
Les routiers dans le cadre d’une énième grève
Mènent une grande opération gallinacé.

Le dépanneur aperçoit enfin sa cliente,
Elle l’attend dans sa tenue affriolante,
Allongée langoureusement sur un talus.

Il lui offre des lys, ému par tant de grâce,
Elle découvre un sein en susurrant « Embrasse ! »,
Neuf mois plus tard est né un petit Jésus.

Publicités

Une réflexion sur “Ave Maria

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s