La blanche et la noire

Repue de volupté la maitresse s’endort
Pendant qu’assise sur le rebord de sa couche,
Sa femme de chambre, cigarette à la bouche,
La contemple fière comme un conquistador.

Alors que le maître était à San Salvador,
La servante noire savonnant sous la douche
La jeune mariée aux airs de sainte nitouche,
A effleuré avec un doigt son bouton d’or.

Voyant que le rouge colorait ses joues blanches,
Ses caresses se firent de plus en plus franches.
La négrière eut tôt fait de la copier.

Puis leurs lèvres les portèrent à incandescence,
Enfin dans une posture heurtant la décence
Leurs langues habiles leurs firent perdre pieds.

Publicités

11 réflexions sur “La blanche et la noire

    1. Il y aussi dans le même style, l’ « Olympia » de Manet et l’ »Odalisque à l’esclave » d’Ingres sur le même thème. Malheureusement je n’arrive pas à les coller ici mais ils sont magnifiques aussi.
      Pour le scénario, je l’approuve aussi. 🙂
      Qui sait si ce sonnet n’aura pas de suite, ça m’effleure… l’esprit en tout cas.

      Aimé par 1 personne

    1. Sinon, le yin et le yang pas seulement pour la couleur comme ça me l’a évoqué au début, la posture ultime également ! Toi qui fait de la photographie, c’est une sujet intéressant, reste à trouver les modèles, si ça peut t’aider je lance un appel, je crois que j’ai une piste mais aucune idée quand à la couleur de sa peau.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s