Les bonnets d’Anne

romeo-juliet
Roméo et Juliette de Milton Hebald

Adossé à un mur, tout au fond de la cour,
Écouteurs aux oreilles et mains au fond des poches,
Il fixe une élève ( qui est loin d’être moche )
Mais n’ose pas lui faire ouvertement la cour.

D’autres sont moins discrets pendant cet inter-cours,
L’un d’entre eux lui propose un bout de sa brioche,
Un autre s’empresse de porter sa sacoche ;
D’idées pour la séduire, ils ne sont pas à court.

Elle est tête de classe, lui a le bonnet d’âne
Et craint de ne jamais toucher les bonnets d’Anne,
Se croyant trop bête pour être son amant.

Pourtant un soir d’hivers, en guise de prémices,
Elle lui prend la main et sous son pull la glisse,
Ce geste inattendu l’emmène au firmament.

Publicités

6 réflexions sur “Les bonnets d’Anne

    1. Tu préférais l’autre ? C’est pour être encore plus raccord avec le texte, l’hivers et les bonnets en évidence. J’aimais bien l’autre aussi avec le bout des doigts de Juliette qui effleurent le front de son Roméo.

      Voir aussi et surtout écouter ;

      J'aime

  1. Ben, j’aime bien les deux versions, c’est juste que la statue des amoureux me fait un peu froid, mais je pense que leur cœur est chaud et que la neige ne saurait tarder de fondre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s