Sottise

 

C’est plus qu’épuisant
de ressasser ses soucis
sans que cela cesse.

Espérons que ça s’arrête
car sinon c’est le suicide.

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Sottise

    1. J’ai renconté Serge Gainsbourg, enfin c’est beaucoup dire, il est mort à l’époque où j’étais étudiant à Paris. Je suis allé me recueillir devant son cercueil. En fait, j’ai à peine eu le temps de le voir son cercueil, il y avait un monde fou, il fallait se dépêcher. J’ai fais des trucs des fois… Quand j’y repense mais qu’elle idée ! Je ne l’avais jamais vu ne serait-ce qu’en concert et je suis allé devant son cercueil… J’avais envie de ça à cette époque-là, j’habitais sur place, je vivais seul, j’avais du temps, au pire j’ai raté un cours. Je n’étais pas fan de Gainsbourg, je connaissais les chansons de lui qui passaient à la radio mais il y en avait une que j’écoutais en boucle, « Je suis venu te dire que je m’en vais » . Une très belle chanson sur la rupture, qui a adoucie ma peine de rompre. Je ne sais pas avec quoi précisément je rompais à cette époque-là, ma vie d’adolescent attardé sans doute. j’avais cette sensation en tout les cas de rompre avec quelque chose. Les moments de rupture sont des moments douloureux en même temps qu’ils ont leur part de griserie, un ailleurs est possible, un inconnu s’ouvre à nous. C’est un peu angoissant l’inconnu mais c’est aussi palpitant ;

      L’inconnu qu’on porte en soi*

      Guillevic, un poète que j’aime beaucoup
      Prétend que l’inconnu est notre domicile.
      On peut se demander « Mais de quoi parle-t-il? »,
      Le besoin de certitude semble être en nous.

      Aussi rechercher l’ignorance paraît fou.
      Écrire c’est perdre de sa pensée le fil
      Et cela est loin d’être une chose facile ;
      Les contraintes nous aident à sortir de nos clous.

      Ecrire en rime rend par exemple possible
      Qu’advienne des pensées jusqu’alors invisibles,
      Impression d’une parole qui vient d’un autre.

      Magie de la fusion entre lui et nous-même,
      Précisément ce que l’on ressent quand on aime,
      Un coeur battant au même rythme que le nôtre.

      *Marguerite Duras « C’est l’inconnu qu’on porte en soi écrire, c’est ça qui est atteint »

      https://misquette.wordpress.com/2015/10/09/348-linconnu-quon-porte-en-soi/

      Et puis il y a cette citation de Marie-Noëlle, dont il serait tant que je lise le journal, « Vous rechercher l’ignorance comme de l’eau pour la soif », je crois ne pas me tromper dans la retranscription de sa phrase.

      J'aime

    1. J’hésite toujours à mettre ce genre de texte en pensant à ceux qui ont de l’affection pour moi. Je crains qu’ils se disent, « Il est au bout du rouleau », alors qu’au contraire quand j’écris c’est que je trouve du plaisir, il faudrait plutôt s’inquiéter si je n’écrivais plus. Je vais allé jeter un oeil sur You Tube pour voir si j’y trouve pas un bout du spectacle de Benigni « Tutto Dante » qui semble-t’il a eu un grand succès.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s