Stampe by me (suite)

 

c27a0babcd3668675524b75221c61f21-xl

Elle passait dans le noir le plus clair de son temps,
Dormant surtout le jour, par petites séquences.
Qu’elle ait pris ce rythme était sans conséquences
concernant son travail, de côté, pour l’instant.

Son arrêt finira, mais pour le temps restant,
Elle vivait ainsi que l’on vit en vacances,
décidant de l’ampleur comme de la fréquence
des moments de repos, c’était très important ;

L’atmosphère nocturne apaisait ses angoisses
en lui rendant possible, enfin, ce face-à-face
avec elle-même que l’écrit permettait.

Peu importait alors qu’il l’ait abandonnée,
Sa plume lui faisait atteindre l’empyrée,
Immergée dans les mots, rien d’autre n’exitait.

 

Illustration : L’ascension de l’homme béni vers l’empyrée – le paradis céleste de Jérôme Bosch

Publicités

3 réflexions sur “Stampe by me (suite)

    1. Voilà une remarque qui tombe à pic, je fomente un tanka depuis hier dans lequel il est question justement de ça. Je me disais que les autres pouvaient nous manquer, que c’était douloureux parfois, même très douloureux, voire insupportable, mais que se manquer à soi-même ne faisait pas moins mal.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s