Solution

Le chagrin ne se
noie pas dans l’alcool, tout juste
y boit-il la tasse.

Par contre il se dissout dans
les mots qu’on trouve pour le dire.

Publicités

6 réflexions sur “Solution

    1. Bonsoir Aldor,

      Pour parler de l’effet salvateur de la parole, Maître Eckhart utilise une autre image que je trouve très intéressante et surtout très belle :

      « C’est en expirant que s’ouvre l’espace qu’occupera le souffle », elle est extraite de ce texte ;

      Quelqu’un vit en moi, grandit et me bouscule. Il m’étonne et m’oblige à Le nommer. Il me contracte. Et ces contractions, dont je souffre durement, sont la souffrance de ma vie. Elles peuvent m’obnubiler au point que je dénie ce qui se passe en moi, au point que je refuse ce qui tente de naître. Ce refus peut durer, perdurer. La souffrance alors, de n’être pas dite, devient intolérable. Dire sa souffrance est difficile et fait peur. Et pourtant, cette parole, c’est l’avènement de mon être intérieur dans mon être extérieur. C’est ma naissance comme « sujet ». C’est tout uniment la naissance de Dieu en moi. « Souffrir Dieu » c’est Le laisser venir, c’est Le laisser sortir, c’est Le laisser partir. C’est L’engendrer. Dieu est ma souffrance et je suis la sienne. Ce lien salvifique n’est pas de l’ordre de l’expiation mais de l’expiration. C’est en expirant que s’ouvre l’espace qu’occupera le souffle. Telle s’annonce la prédication de Maître Eckhart.

      Je le commente ici ;

      https://misquette.wordpress.com/2015/02/27/182-un-ble-inepuisable/

      Bonne soirée

      PS ; En fait j’ai hésité pour le verbe dissoudre parce qu’en chimie, quelque chose qui est dissout n’est pas pour autant inexistant. D’après Wikipédia ;

      « Formellement, la dissolution est définie comme le mélange de deux phases avec formation d’une nouvelle phase homogène »

      Or si l’on en croit Eckhart, quand la souffrance est dite, elle laisse place au vide que vient remplir Dieu.

      Je t’avoue que je ne suis pas croyant mais ce texte trouble mon athéisme, il me parle comme peu de textes me parlent. Je ne sais pas ce que je donnerais pour pouvoir le rencontrer, lui et Marguerite Porete, j’ai d’ailleurs écrit une lettre à cette dernière ;

      https://misquette.wordpress.com/2014/11/29/101-lettre-ouverte-a-marguerite-porete/

      Un jour peut-être j’écrirai aussi à Maître Eckart ne serais-ce que pour le remercier de ce texte et de ce qu’il a fait pour les Béguines, remarque qu’elles ont fait aussi beaucoup pour elle, il s’est beaucoup inspiré d’elles.

      Aimé par 2 people

      1. Merci, Vincent. Elle est belle, cette idée de Maître Eckhart. C’est un peu le vase de Saint-Augustin : pour être occupe par le souffle ou l’amour, il faut se vider de ce qui était la avant.

        … Lais est ce en disant qu’on laisse vraiment s’échapper mes choses, et notamment le chagrin ? J’ai parfois l’impression inverse. Parfois; parler maintien ou fait grandir ce qui sinon aurait peut être disparu.

        Pas toujours mais parfois…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s