Mirabelle santon

Alors que Mirabelle avait cinq ou six mois
L’abbé du village la voulu dans sa crèche.
La soirée de noël, la mine un peu revêche,
Elle fut emmenée jusqu’à l’homme de foi.

Tout au fond de l’église, sous une grande croix,
On la fit se coucher sur de la paille sèche.
Les fidèles admiraient, n’écoutant rien du prêche,
Les animaux vivants autour de l’enfant roi.

Pressé de retrouver les trayons de sa mère,
Le bovin fit tomber, avec ses pattes arrières,
Un immense cierge qui déclencha un feu.

Des paroissiens pompiers stoppèrent l’incendie,
Mais le veau pu boire rapidement au pie
Car une fumée noire interdisait les lieux.

5 réflexions sur “Mirabelle santon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s