Veux-tu me laisser dormir ?

 

Der Arme Poet
Le Pauvre Poète de Carl Spitzweg, 1839

Je suis révéillé
Beaucoup trop souvent, en pleine
Nuit, par l’écriture,

Bien que je ne dorme pas
Sur un oreiller à plumes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s