#UnBleu

Voilà un petit film, 43 secondes, qui est très bien réussi, il m’a beaucoup ému, mais j’ai sans doute des raisons pour cela que d’autres n’ont pas, et tant mieux pour eux.

Une de mes filles à eu une leucémie il y a quelques années et il a été question de lui faire une greffe de moelle osseuse. J’ai appris à cette occasion que la compatibilité de cette substance organique était très rare entre les individus, seulement une sur un million, et que nous sommes « à la rue » à ce niveau par rapport à nos voisins ; moitié moins de donneurs en France qu’en Italie ou en Angleterre et vingt fois moins par rapport aux allemands, il faut regarder les chiffres de Chypre pour trouver un nombre donneurs similaire au nôtre…

Pourquoi ? Je ne sais pas, mais ce que je sais c’est que des personnes attendent d’être greffées et qu’au-delà de trois mois d’attente leur vie est gravement menacée.

Lorsque ma fille était à l’hôpital, elle a subit un grand nombre de transfusions sanguines. Dans le service où elle était il était habituel de voir les infirmières passer d’un pas rapide dans le couloir avec dans les mains une poche d’hémoglobine.

Quand on va donner son sang, on ne s’imagine pas toujours combien ce geste est important pour certains. En tous les cas, moi, qui était donneur occasionnel (je le suis devenu beaucoup moins, occasionnel), je ne mesurais pas l’importance de mon don, jusqu’à ce que je me trouve à coté de celui qui en avait besoin.

Je me souviens qu’un après-midi, j’ai vu une infirmière brandir un de ces petits sacs rouge foncé avec un grand sourire et en s’exclamant « Elle est arrivée ! ». Elle s’adressait à une maman qui l’attendait à l’autre bout du couloir et qui la voyant à mis ses paumes l’une contre l’autre en signe de gratitude, comme quand on rend grâce à Dieu. Elle avait devant elle, non pas le sang du christ, mais celui d’un quidam qui allait permettre à son enfant, sinon d’être sauvé, de survivre encore un peu. Cette scène aurait fait une très bonne publicité pour le don de sang, qu’est-ce que cela aurait été si elle attendait un don de moelle et qu’elle le voyait arriver quand on sait combien il est rarissime d’en trouver de compatibles…

Peut-être les donneurs de moelle osseuse sont-ils peu nombreux parce qu’on imagine que l’opération est douloureuse ou/et dangereuse, or ça n’est pas le cas, 20 pour cent des situations nécessitent une anesthésie générale de courte durée, pour les 80 autres pour cent qui restent, ça se fait quasiment aussi facilement qu’une prise de sang, autrement dit, tout ce qu’on risque c’est un bleu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s