Mirabelle et l’orphelin

img_0733

Je marche les pieds nus, au moment de l’éveil
Du jour sur la prairie, où paissent quelques vaches.
Sous un mirabellier sont étendues des bâches
Où gisent des fruits jaunes, abreuvés de soleil.

Ce champ, je le connais, il n’a aucun pareil,
J’y passais des étés à jouer sans relâche,
Que ce soit au football ou bien à cache-cache,
J’y ai même parfois déposé mon sommeil .

C’est la première fois depuis qu’est mort mon père,
Que je suis orphelin (le précéda ma mère),
Que je viens en ce lieu où ils nous ont chéris.

Mirabelle soudain, timidement s’approche,
Semblant avoir compris que me manquent ces proches,
Sa présence attentive apaise mon esprit.

3 réflexions sur “Mirabelle et l’orphelin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s