Mirabelle se jette à l’eau

À bord d’un frêle esquif fait de vieux matériaux
Qu’il a récupéré le long de la rivière,
Un voleur de fruit fuit l’horreur pénitentiaire,
Et le flair de mâtins, à ses matons, loyaux.

Rejoindre l’autre rive est dans son scénario,
Cependant le courant contrarie sa croisière,
L’entrainant vitement, nonobstant ses prières,
Vers une chute d’eau, broyeuse de rafiot.

À l’approche du vide, « Au secours », il appelle
(Au risque qu’alertés, ses suiveurs l’interpellent),
En sautant de sa nef, car il est non-nageur.

Mirabelle entendant ses cris depuis la berge,
Plonge sans hésiter et sur son dos l’héberge,
Puis ramène à bon port le tout juste majeur.

Une réflexion sur “Mirabelle se jette à l’eau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s