29 réflexions sur “Dépité

      1. Les paroles de ce célèbre morceau d’un groupe de musiques alternatives d’un temps, dont les membres tombent actuellement comme des mouches…., ce texte est une merveille et résonne tellement bien, avec ton texte si sublime.

        Un autre groupe, qui embrasait la sauvagerie romantique des salles de concerts à une époque ou Les Bérus incendiaient le champ social…, et à propos d’un clébard comme ta belle histoire en parle, magnifique adolescence vers-tueuse! Encore!

        « Poésie joyeuse » elle a dit @antigone815, on pense direct à Artaud et Bataille!!!!
        « Une assiette, c’est fait pour s’asseoir non…?  » Ha Ha Ha!

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne vois pas le lien vers les paroles.
        Sinon, c’est juste un résumé de la nouvelle que j’ai écris il y a une vingtaine d’années. Comme pour beaucoup de choses que j’écrivais à l’époque, sinon tout, je n’ai pas gardé de trace. Je l’avais envoyé à une amie qui me l’a ressorti dernièrement. J’avais oublié qu’elle l’avait, elle non. J’allais très mal quand je l’ai écrit, à se taper la tête contre les murs, c’était le cas. Et puis tout d’un coup je me suis mis à écrire cette histoire, je l’ai vue se déplier sous mes yeux, j’en étais ébahi. J’ai ressentit une jubilation incroyable, j’étais emporté par l’écriture, j’écrivais dès que je pouvais, parfois je me levais la nuit pour le faire, je n’avais qu’une hâte pouvoir m’isoler pour le faire. J’avais peur en même temps que ça s’arrête, tellement c’était bon. Le dernier mot est arrivé. La fin c’est imposé à moi, le moment où je me retourne tout essoufflé devant la porte de ma maison, en sécurité, et que je vois les chiens qui bouffent avidement et en se le disputant à coup de crocs le cerveau du maître. Le titre est venu après. D’autres personnes que toi l’ont apprécié. La broche, en illustration, par exemple, c’est une lectrice qui l’a créée suite à sa lecture. Je l’ai tué symboliquement ce maître, en écrivant cela. Que ce soit pour raconter cette histoire ou pour tout autre création, je crois que l’on crée pour exorciser sa violence, pour sortir de l’enfer comme disait Arthaud. J’ai vu une interview récente d’Iggy Pop à propos de son dernier disque dont le titre est Free, si je ne me trompe. La journaliste lui demande si il ne sent libre, il réponds qu’on ne l’est jamais vraiment qu’il y a toujours quelque chose qui résiste. Je suis assez d’accord mais il y a quelque moments dans une vie où on la touche de très prêt, on appelle cela l’état de grâce. Quand j’ai écris Le cerveau du maître, j’étais dans cet état. Merci beaucoup de tes retours, liens et autres réflexions, c’est un enchantement.

        Aimé par 2 personnes

      3. De la poésie pure, qui ne fonctionne que dans le Brasier d’une scène et sans filtres, potar la poignée dans le coin….:
        « je suis allé un jour balader ma carcasse dans un hôpital ,il y avait des boyaux qui trainaient dans le bloc chirurgie charcuterie.Une delicieuse odeur de sang vint taquiner mes papilles olfactives.Putain j’avais la dalle, j’me suis payé une douzaine d’amygdales. On m’a dit  » hey ,toi ! qu’est ce que tu fous là ? interdit aux chiens !!! Ils m’ont attrapé ,frappé ,muselé et j’me suis retrouvé dans le laboratoire d’un savant a qui je servais de cobaye .Après des électro-chocs ils m’ont greffé le cerveau d’un humain.Putain que ça fait mal d’avoir des idées quand on est un animal! on m’a dit  » hey ,toi ! qu’est ce que tu fous là ? Interdit aux chiens  »
        Tu l’as voulu, tu l’as, Arf!
        Je reviendrai sur ton texte très intéressant…

        Aimé par 2 personnes

      4. Je réalise que pour accompagner mon commentaire il y manquait le lien vers le morceau d’OTH: https://www.youtube.com/watch?v=t2ijdWFkFaw voilà la clé de mon commentaire, Ha Ha Ha!
        « je suis allé un jour balader ma carcasse dans un hôpital ,il y avait des boyaux qui trainaient dans le bloc chirurgie charcuterie.Une delicieuse odeur de sang vint taquiner mes papilles olfactives.Putain j’avais la dalle, j’me suis payé une douzaine d’amygdales. On m’a dit » hey ,toi ! qu’est ce que tu fous là ? interdit aux chiens !!! Ils m’ont attrapé ,frappé ,muselé et j’me suis retrouvé dans le laboratoire d’un savant a qui je servais de cobaye .Après des électro-chocs ils m’ont greffé le cerveau d’un humain.Putain que ça fait mal d’avoir des idées quand on est un animal! on m’a dit » hey ,toi ! qu’est ce que tu fous là ? Interdit aux chiens »

        Aimé par 1 personne

      5. Ha je connais bien cela et je me reconnais pleinement dans cette explication des dimensions et vécus jubilatoires de l’écriture, c’est parfaitement bien décrit, cette ferveur, cette ardeur même qui emplit l’être dont l’inspiration, vient à moment donné comme une Source, comme une éjaculation orgasmique, c’est tout à fait cela, on en redemande, on ne s’en lasse plus.., c’est un flux, c’est un courant, c’est un éclair lumineux qui traverse l’être et qui en fait s’écouler un sang noir, un sang bouillonnant.., c’est l’écriture, oui, voilà… En revanche je dois dire n’avoir pas écrit ce genre « romanesque ou imaginaire. Je n’écrit que du vécu, de l’instantané, du spontané jaillissant. Du vécu à propos de la mémoire et du vécu à propos du présent, etc. Mais je n’ai jamais essayé je dois dire, jamais tenté de, jamais tenté par, C’est fou comme dans ton récit, j’y a retrouvé l’esprit de la chanson d’OTH…..

        Aimé par 2 personnes

  1. Alors là je suis surprise Vincent … Nous avons un point commun pour le foot. Puis la musique, mais pour ma part, je suis très très très loin de tes connaissances …
    Et carrément à la ramasse par rapport à Henri.

    Aimé par 2 personnes

      1. Disons très simplement que je suis né et ai évolué dans une mouvance esthétique et artistique des plus effervescentes au sein de laquelle il ne suffisait que de cueillir et recevoir. Mais effectivement beaucoup, la plupart sont resté-e-s aveugles et sourds en choisissant la facilité et la superficialité. Mais très concrètement, j’ai aussi choisi et décidé de consacrer et vouer ma vie à l’expression artistique et très activement par engagements dans le soutien à la création artistique contemporaine. Donc cela offre d’innombrables champs de découvertes, de cueillettes (bis) et de découvertes, de récoltes et autres moissons… Mais être ouvert au Monde est un choix de chaque instant, Fuck L’Espoir!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s