Jacques Prevel – Si l’on me cherche — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Si l’on me chercheC’est un matin d’Hiver qu’on me trouveraUn matin d’Hiver sous la pluieUn matin quand la vie n’a plus de hasardMais que tout est pareil encore à l’HiverLes arbres le pavé la rue presque déserteOn me trouvera dans l’inutileDans un mot qui n’a pas de sensUn mot qui n’a pas de raison *** […]

Jacques Prevel – Si l’on me cherche — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Je le lis, je le relis, il me relie.

Révélation

Aucun être ne peu être aussi adoré
Que celui pour lequel mon regard étincelle.
En toutes circonstances, il me donne des ailes,
Grâce à lui l’avenir, je le vois coloré.

J’ai tout quitté pour lui, presque contre mon gré,
Non pas qu’il m’ait contraint à fuir ma citadelle,
Comme le fait le froid, avec les hirondelles,
Mais que l’amour avait mon esprit égaré.

J’habite désormais, loin, très loin, de la ville,
Et de son rythme fou, je ne suis plus servile,
Seul celui des saisons, en cet Éden, a cours.

J’aime par dessus tout lorsque l’automne enflamme
Le chêne de l’abbaye et que le vent déclame,
Agitant sa ramée, un merveilleux discours.