Mirabelle sous la voûte céleste

Cet été encore, la mare étant à sec,
Mirabelle s’abreuve à l’eau d’une citerne,
Et l’herbage étant rare, ou alors d’un vert terne,
Elle n’a que du foin pour contenter son bec.

La vache en à marre de devoir faire avec,
Elle préférerait de la fraiche luzerne,
Et pouvoir prendre un bain au sein de sa taverne
En taillant la bavette avec un joli mec.

Pour ne rien arranger, rétrécie la prairie,
Faute au lotissement permis par la mairie,
En dépit de l’impact sur l’environnement.

Et ça n’est pas la nuit qu’il est le moins pénible,
Sa lumière rendant les astres moins visibles,
Aussi elle est en paix d’autant moins pleinement.