Chez Corinne et Gaël

C’est par une visite à un couple d’amis
Que prends fin, à Fréhel, un périple de rêve.
Elle fut tout aussi agréable que brève,
À peine une ballade et deux dîners commis.

Au premier des repas, de plaisir on frémit,
Dégustant de ces porcs que soi-même on élève,
Et que le cœur serré, pour sa chair, on achève.
Elle fut assortie avec un choux bien mis. 

Mais le meilleur souper ne fait pas la soirée,
Même s’il contribue à la joie engendrée,
Il faut un ingrédient qui fut tout le séjour.

Celui-ci suppose que l’on écoute l’autre,
Sans se faire censeur, ni juge, ni apôtre,
Juste pour le connaître à travers son discours.