Sémillant séminariste

6f15fd8b65731edac8ec52edf3104e3f
Clovis Trouille, Le bon confesseur.

Par un beau soir d’été, au couché du soleil,
les pieds endoloris par une longue marche,
un séminariste s’adossa à une arche
qui enjambait un fleuve où il mis ses orteils.

Il vêtis ensuite son plus simple appareil
( bien que sans nul doute son strict patriarche
aurait désapprouvé une telle démarche )
et s’immergea ainsi dans les reflets vermeils.

Pendant que le jeune homme lavait son patrimoine,
un chien discipliné lui vola sa soutane
obéissant à l’ordre d’un berger facétieux.

Mais sa plaisanterie ne lui profita guère,
contrairement au clerc, car charmée, la bergère
lui permis de connaitre un moment délicieux.

Publicités

Faites moi cygne

Faites-moi-cygne
Clovis Trouille, Faites-moi cygne, 1959

Une sorcière ligotte une femme-enfant
Après une interminable course-poursuite.
Dans un antre au fond des bois la pauvre est conduite
Traînée par la tueuse au regard triomphant.

D’impatience son estomac vide piaffant,
Elle s’en va remplir son chaudron tout de suite.
Ce faisant elle y décèle une grosse fuite.
Le jetant de rage, un peu plus elle le fend.

Pendant qu’elle essaie de réparer sa gamelle,
L’autre défait ses ficelles et se fait la belle,
Prenant le parti de fuir par le littoral.

Surprise par la marée, elle appelle à l’aide,
Un majestueux et généreux palmipède
S’empresse de soutenir son corps sculptural.

Innocence ébranlée

www.pinterest.com_

Jusqu’à l’époque de la colonisation,
Nabilha vivait heureuse dans la savane,
Observant les animaux depuis sa cabane,
Ou courant pieds nus derrière des papillons.

Les occupants répandirent leur religion,
Dans son village arriva un homme en soutane
Qui fit la chasse aux rituels jugés profanes
Et décida de prendre en main son éducation.

Il commença par des leçons de catéchisme
Avant de faire une séance d’exorcisme,
Confondant épilepsie et sorcellerie.

Le missionnaire prononça quelques prières
Tout en abusant de son corps d’enfant pubère.
Longtemps la nuit elle poussa d’horribles cris.

La disparition

Le-présent-des-Gaules.jpg
Clovis Trouille, Le présent des gaules, détail.

Dans la forêt de Brocéliande, au bord de l’eau,
Parmi les cerfs et les loups, ses amis fidèles,
Merlin l’enchanteur jette un sort à une belle
À l’aide d’un peu de gui et de quelques mots.

La voilà avec quasiment rien sur la peau,
Sinon des bijoux et un ruban de dentelle,
Prolongement de sa coiffe traditionnelle,
Qui descend jusqu’à la cambrure de son dos.

Le druide entrouvre alors sa cape et sort sa verge,
Tout en menaçant du doigt la gracieuse vierge
Afin de la forcer à une fellation.

Prenant dans sa main gauche la plante magique,
Et dans la droite le membre du vieux sadique,
La fée provoque aussitôt sa disparition.

Le-présent-des-Gaules-2.

Légende du tableau : « Au grand cérémonial druidique de la cueillette du gui, la femme adultère est pardonnée d’autant mieux qu’elle n’est pas la sienne. Elle va le récompenser avec la divine communion ancestrale. Présent des gaules du culte celtique. La morale est sauve lorsqu’en une passion exquise une belle pénitente savoure, l’orgasme sacré de son bon confesseur, dans la soutane.. »

Frère Clovis doute

Dolmancé

Avant que d’entrer dans un ordre religieux,
Frère Clovis a connu une intense idylle.
Son amante était de corpulence gracile,
Des cheveux blonds mi-long entouraient ses yeux bleus.

Les amoureux jouaient à un drôle de jeu ;
Nue, elle prenait une attitude servile
Pendant que lui, vêtu d’un costume de ville,
Fouettait ses fesses avec un martinet à nœuds.

Quand elle lui demandait « Est-ce que tu m’aimes ? »
Il lui répondait en déclamant des poèmes
Qu’il avait écrit pour elle, le cœur en feu.

En y repensant il est parfois pris d’un doute ;
« Il se peut qu’en la quittant j’ai fait fausse route,
Avec elle je montais au plus haut de cieux. »

 

Frère Clovis sauveur

 

stigma_diaboli1
Clovis Trouille, Stigma Diaboli, Détail.

Une jeune gitane est condamnée à mort
Accusée d’avoir pactisé avec le diable.
Dans sa prison défilent prêtres et notables
« Pour être certains qu’elle ne l’est pas à tord ».

Mais à la vérité ils ont l’esprit retord,
Leur mobile pour la voir est inavouable ;
Un grain de beauté la rend des plus désirables,
Ornant la partie la plus charnue de son corps.

Après avoir longuement contemplés ses fesses,
Ils affirment, fidèles à leur grande bassesse,
Qu’il s’agit de la signature de Satan.

La jeune femme obtient d’assister à l’office,
Avant d’être livrée au bras de la justice,
Frère Clovis la sauve alors des mécréants.