Clocharde céleste

Je voudrais rendre hommage à Alda MERINI,
Une femme de lettre autant que poétesse,
Dont l’aura est hélas, en France, à l’étroitesse,
Alors qu’en Italie elle n’est pas mini.

Elle est née au pays du vermouth « Martini »,
Dès seize ans elle y fut, de la folie, l’hôtesse,
Alternant des délires et d’immenses tristesses,
Par bipolarité ce mal est défini.

Mais elle, l’appelait : « ombre de la pensée »,
Et c’est pour en sortir qu’elle s’est dépensée
À exprimer en mots la clarté du tréfonds.

Je la range parmi les clochardes célestes,
(Au masculin, d’un pied, mon vers serait en reste !),
Paumées qui par leur art, du bien a l’âme, font.

Vincent Lacôte