À Samuel Paty

Il n’avait jamais vu les traits de son visage,
Pas plus qu’il ne savait quel ton avait sa voix,
Alors il a trouvé quelqu’un de bonne foi,
Pour le lui désigner et exerça sa rage.

L’autre avait eu le tord de montrer une image,
Un dessin satirique de son prophète roi,
Dans le cadre d’un cours sur une grande loi,
Qui dit qu’à s’exprimer, il n’y a pas outrage.

L’assaillant sur son cou fit plus qu’un simple trait,
Puisqu’il trancha le chef, puis transmis son portrait,
Pour jeter la terreur au-delà de la ville.

En dépit des couteaux, des fusils, des canons,
Aux censeurs assassins, Samuel à dit non,
Comme cet enseignant ne soyons pas serviles.