Notre seule aspiration

handisport-2

« Il y a quelque chose de plus grand que nous »,
C’est le sentiment que l’on a dans l’allégresse.
J’écris ça alors qu’hier j’ai vu des prouesses ;
Des coureurs handisports se donnant jusqu’au bout.

A chaque fois ce spectacle m’émeut beaucoup,
Je réprime mes pleurs, j’ai les poils qui se dressent
Je ne suis pas le seul, la foule était en liesse,
Les applaudissement arrivaient de partout.

Mais ce que j’ai trouvé d’encore plus chouette,
C’est l’entraide autour de ces singuliers athlètes
Pour que tous arrivent à faire le triathlon.

Si on questionne la finalité de vivre,
La réponse c’est les frissons qui nous la livre,
L’amour doit être notre seule aspiration.

Qui ne tente rien n’a rien

29471861_p

Toute son attention elle la lui ravit
Au moment même où elle se lève ravie
Pour réciter le cours que le prof a servi
Et pour donner réponse à la colle asservie.

Dès lors jamais son envie ne sera assouvie,
Dans d’autres postérieurs il glissera son vît
Sans pour autant que son désir soit assouvit
Il regrettera son beau cul toute sa vie.

Si il lisait l’avenir il deviendrait vert,
Peut-être il déciderait d’être plus ouvert
Bien que pour lui c’est loin d’être une chose aisée.

En effet, certain de ne pas la mériter,
Il se refuse à lui dire la vérité,
Par lui pourtant elle aimerait être baisée.

Vincent

Inspiré par ce sonnet ;

ANTITHÈSES DE LA CROIX À L’ARBRE DÉFENDU

Satan par le bois vert notre aïeule ravit,
Jésus par le bois sec à Satan l’a ravie ;
Le bois vert à l’Enfer notre aïeule asservit.
Le bois sec a d’Enfer la puissance asservie ;

Satan sur le bois vert vit sa rage assouvie,
Jésus sur le bois sec son amour assouvit.
Le bois vert donna mort à toute âme qui vit,
Le bois sec, ô merveille ! à tous morts donne vie.

Le bois sec aujourd’hui triomphe du bois vert,
Le vert ferma le Ciel, le sec l’a réouvert
Et nous y reconduit par voies fort aisées.

Il a tout satisfait, il a tout mérité,
Sur ce bois sec la Grâce atteint la Vérité,
La Justice et la Paix s’y sont entrebaisées.

Jean de La Ceppède
(1548 ?-1623)