Par amour

Ça fait déjà deux ans que sont morts mes parents,
Plus leur décès est loin, et moins je les oublie,
Ce qui dans mon esprit est une anomalie,
Que ce soit l’inverse me serait transparent.

De l’amnésie, le temps n’est donc pas le garant
Puisque leur présence toujours plus se déplie.
Autre bizarrerie, on se réconcilie,
Comme dirait mon père : « Alors ça, c’est marrant ! ».

Je leur en ai voulu pour ma douleur de vivre
Contre laquelle ici un dur combat je livre ;
On crée pour en sortir, Artaud le dit fort bien.

Mais j’ai compris enfin, qu’ils m’ont fait par amour,
Et que la vie ne vaut que de le mettre au jour,
Quand je n’y parviens pas, mes vieux n’y sont pour rien.