Fierté bien placée

Que fais je de mon temps, dont je sois satisfait ?
Tout d’abord provoquer quelques éclats de rire
Par des plaisanteries impossibles à décrire
Dans ces alexandrins sans nuire à leur effet.

Oui, c’est valorisant d’agiter des buffets,
Car l’on parvient ainsi, la peine, à circonscrire,
À bien y réfléchir, à même la proscrire,
C’est un peu comme si, tout mal on étouffait.

Aussi suis-je à l’affut, de la moindre boutade,
Enfin, quand je n’ai pas, l’humeur en marmelade,
Dans ce cas je me tiens à l’écart de mes pairs.

Ce qui m’occupe alors, le travail d’écriture,
Même si ça n’est pas, grande littérature,
Fait que je suis de moi, au moins tout autant fier.