Au bout du rouleau

Le poète André LAUDE est au bout du rouleau,
Dans sept mois à peine tombera l’addition,
Des tonnes de misère, autant de distorsion,
La facture est salée, il y laisse sa peau.

Sa fin de vie ressemble à celle d’un clodo,
Mendiant partout alcool et domiciliation,
Mais il  livre ici de riches réflexions ;
De la poésie, haut, il porte le flambeau.

Familier de l’angoisse, il connaît ses recoins,
C’est en sa présence que la vie se disjoint,
Le temps de l’écriture, il recrée l’unité.

Quand dans la nuit noire j’égare ma boussole,
Que mon âme est perdue, je suis mon protocole ;
Son oeuvre est un phare qui broie l’obscurité.

 

 

 

2 réflexions sur “Au bout du rouleau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s